pourquoi ce besoin de silence?

existence !

Il est des lieux de silences majeurs: certains ont un silence bien à eux, tout bruissant de ces choses qui ne s’y produisent jamais. Les bruits n’y peuvent rien: aucun ne les remplit.

Et puis il y a des lieux universels, où le silence est en quelque sorte générique. En ces lieux s’accumule le silence de tous les autres lieux. Des chevauchées de silences, des nappes des plans étagés. De fugaces paysages de silence. Appelons-les nuages, algues ou déserts, qu’importe? tous les riens se propagent dans l’espace et résonnent au point qu’on en pressent l’inaudible mélodie. Les mille et unes couleurs du blanc disposent un ciel sans fin. Toutes les saveurs de l’absence donnent leur ton. il n’y  plus qu’à profiter de tous les riens ambiants.

Vif, aigu, seul au morne, le toit luit: c’est le soleil d’après la pluie, L’herbe est grasse et le goudron brille. La pluie a laissé sur…

View original post 63 altre parole

Annunci
Questa voce è stata pubblicata in Various. Contrassegna il permalink.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...